Une retraite pour préparer la confirmation

Mardi 27 novembre, 43 élèves de l'Institut d'Anchin se sont rendus à la communauté de Nazareth à Wargnies le petit pour partager, échanger, écouter des témoignages, prier. Cette démarche est un cheminement, préparant le sacrement de la confirmation.

 

La communauté de Nazareth : La communauté Nazareth est née autour d’une famille dans la mouvance du Renouveau Charismatique, le 1erfévrier 1975, dans le diocèse de Lille. Elle se retrouvait, dix ans plus tard, le 15 août 1985, accueillie dans le diocèse de Cambrai, où elle prenait en compte un très grand monastère que venaient de quitter des sœurs rédemptoristines. Il semblait évident à l’époque que des frères et sœurs en nombre seraient envoyés par la Providence, pour compléter le noyau familial qui s’installait et constituer une communauté de vie, à l’instar d’autres communautés qui naissaient alors en d’autres lieux. Il n’en a pas été ainsi. En effet, les années passant, la communauté s’est enrichie de nouveaux membres qui, bien que Nazaréens, n’avaient pas l’appel à résider au monastère, mais à vivre en plein monde de la spiritualité nazaréenne, qui s’était précisée au long des années. C’est la raison pour laquelle la communauté Nazareth se présente comme une communauté d’alliance.

 

La confirmation : 

Recevoir le sacrement de confirmation est une décision personnelle que l’on peut prendre lorsque l’on est à même d’exercer un choix libre et responsable. La confirmation marque une étape de maturité spirituelle où l’on a compris que l’amour de Dieu reçu au baptêmeest un trésor qui ne peut demeurer un privilège personnel mais qu’il nous appartient de partager.

Comme le baptême, la confirmation imprime dans le chrétien une marque indélébile (c’est ce que l’on appelle le « caractère »). Ce sacrement ne peut donc être reçu qu’une seule fois. Dans l’Eglise catholique, on le reçoit après l’âge de raison. C’est l’évêque qui, de manière ordinaire, célèbre ce 

Signe visible de la présence et de l'action de Dieu.

sacrement : il manifeste ainsi le lien avec le don de l’Esprit aux apôtres au jour de la Pentecôte et la place des confirmés dans la communion de toute l’Église. C’est lui qui réalise l’imposition des mains.